Polar Pod

Une expédition inédite au cœur du plus grand puits de carbone au monde

Avec ses allures de station spatiale Polar Pod est le nouveau défi de l’explorateur, célèbre pour avoir atteint le pôle Nord en solitaire. À 74 ans, Jean-Louis Étienne espère, grâce à ce navire-laboratoire, percer les secrets de l’océan Austral, l’une des régions les plus hostiles du globe. Celle des cinquantièmes hurlants. L’aventurier a gambergé durant dix ans, aidé par le cabinet d’ingénierie navale Ship-ST, de Lorient, pour mettre au point une embarcation qui puisse résister aux vagues gigantesques, au froid glacial et aux vents violents. Les concepteurs se sont inspirés du Flip (Floating Instrument Platform), un navire vertical, développé en pleine guerre froide par l’armée américaine pour espionner les sous-marins étrangers. (Paris Match)

Départ prévu en 2023

La plateforme habitable est fixée à 10 mètres au-dessus de la surface, sur des poutres métalliques. Avec 75 mètres de tirant d’eau et 150 tonnes de lest, elle ne sera pas ballottée par la houle. Des voiles lui permettront d’éviter les icebergs. L’équipage, composé de 8 personnes – 3 marins, 4 scientifiques et un(e) cuisinier(e)–, sera relevé tous les deux mois grâce à un navire ravitailleur. Sans moteur, le Polar Pod dérivera, entraîné par le courant sur 24000 kilomètres. L’expérience devrait durer le temps d’effectuer deux tours du monde. Départ prévu en 2023.

“L’océan austral serait le principal puits de carbone océannique de la planète”).

Polar Pod doit dresser l’inventaire de la faune australe. Comment ?

Jean-Louis Étienne. C’est un navire silencieux, équipé d’hydrophones pour capter les conversations sous-marines. L’écoute en continu permettra de faire un état des lieux.

Du point de vue du climat, quel est l’enjeu de cette expédition ?

Les eaux froides de l’océan Austral capteraient 50% du CO2 absorbé par l’ensemble des océans. Ce serait le principal puits de carbone océanique de la planète. Nous devrions pouvoir valider cette donnée.

La mission a aussi pour but d’étudier l’impact de l’homme sur l’océan…

Les scientifiques réaliseront un bilan des pollutions par les aérosols, les microplastiques, les pesticides, les polluants organiques, les métaux lourds grâce à des prélèvements d’eau et d’air effectués sur place.

En savoir plus
https://www.insu.cnrs.fr/fr/polar-pod
https://www.oceanpolaire.org/expedition-polar-pod/

Vidéos :
https://www.youtube.com/watch?v=LSZpsAhYQis
https://www.youtube.com/watch?v=qaKB_Ern9Rs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.